Je me déconfine ! acte 2

 la Covid19 et moi !   

 

Et si je rembobinais le fil de l'année passée ? 

 

Au printemps dernier pour contrer le premier confinement aux mesures si draconiennes  et le risque de perte de relations sociales, je suis entrée dans une hyperactivité . 

Maintenir à tout prix nos liens professionnels était ce qui m'animait. Immédiatement l'annonce, j'ai transformé mes activités professionnelles de présentiel en distanciel, adapté mes animations de réseaux en lançant des réunions hebdomadaires  zooms, en créant des Cartes blanches pour que des professionnels puissent partager leur expertise, en organisant des réunions de type bulle de dialogue pour que des échanges plus personnels puissent avoir lieu. j'ai facilité pendant plus de deux mois des séances de codéveloppement qui ont produit de très jolis fruits. 

Grande joie de voir autant d'entrepreneurs s'agréger semaine après semaine et profiter de moments de ressourcement. 

Fierté d'avoir été acteur ( modestement) à mon échelle locale, du développement du distanciel, d'y avoir entrainé mon réseau. Ensemble nous avons expérimenté une autre manière de travailler et de communiquer. Paradoxalement la communication est devenue plus simple et authentique . Certains masques sociaux sont tombés. 

La famille n'a pas été en reste avec ma volonté de rebondir et de ne pas laisser filer nos liens. Mes initiatives ont plutôt été plébiscitées . Nous avons pu agrandir le cercle familial et être plus nombreux que d'habitude à échanger en dépit d'une certaine cacophonie à l'image de notre  diversité.  

 

Prenant conscience de mon surinvestissement, J'y ai mis fin à l'été pour me focaliser sur mon cœur de métier qui est sans cesse à alimenter et à développer.   

Ce mouvement de recentrage nécessaire a eu pour conséquence directe de me faire vivre comme un temps de retraite, dans le silence de l'étude, de la réflexion mais aussi dans un isolement plus prononcé. 

Et les bis repetita de confinement, de couvre-feu ont accentué cet isolement. Je me souviens des larmes qui ont coulé à l'annonce fin octobre du deuxième confinement , il fallait à nouveau se replier dans sa coquille ! 

Heureusement, le rythme des consultations (en présentiel ), des formations,  des allers-retours Montesson Paris a été maintenu mais curieusement la joie d'exercer mon métier, cette vibration qui traverse cœur et corps avait comme perdu de l'intensité.

  

Sur le plan privé, même déception: d'annulation en annulation de rencontres, même les proches, les amis, la famille se sont  éloignés. Chacun, aux prises avec le télétravail et les nouvelles contraintes familiales et professionnelles tentait et tente de faire face. Ma stratégie d'aller de l'avant, visiblement,  ne semble pas fonctionner en ce printemps 2021 . 

 

C'est comme s'il n'y avait plus de place pour la rencontre, les échanges et le partage.

C'est comme si ceux qui nous sont chers n'étaient plus au rendez-vous.  

C'est comme si ce qui fait plus que le sel de la vie, ce qui est l'essentiel n'était plus au centre de nos vies.

Aurai-je perdu ce mouvement intérieur, cette énergie vitale qui me propulse à l'extérieur, qui me fait apprendre, aimer le nouveau, l'inconnu, l'autre , le prochain ( celui qui est près de nous ) ? 

Suis-je confinée dans un univers de plus en plus réduit, sans perspective

C'est criant: L'impossibilité de se projeter , de faire des projets amoindrit, rend vulnérable.

 

Du côté des émotions et des sentiments, qu'en est il ? 

Tristesse, colère,  dépit, ressentiment, morosité m'envahissent à tour de rôle !  Il me faut des trésors de distanciation pour les reconnaître et surtout,  et là c'est une prise de conscience pour le changement, les accueillir comme les conséquences émotionnelles et  psychologiques de la Covid19  ! 

 

Serai-je un tantinet déprimée ?

Dieu soit loué, permettez-moi cette expression, je n'ai pas perdu un être cher, ou un bien auquel j'étais attaché comme à la prunelle de mes yeux, ni ma très précieuse liberté pourtant bien mise à mal en ces temps,  provoquant en moi un séisme émotionnel douloureux. Les signaux avant coureurs de la dépression ne sont pas là, ouf ! 

 

Mais le Dr JD Nasio psychanalyste que je lis et écoute avec intérêt,  a pointé il y a quelques mois que beaucoup de personnes dans ce contexte de pandémie souffre de ce qu'il a appelé la "dépression Covid19".

les états d'âme décrits en sont, pour une part,  la manifestation. Moi qui croyais y échapper et bien c'est loupé!

Je suis aussi touchée sans être, à proprement parler, une déprimée Covid19,  et là je ne vais pas m'en plaindre!  

 

La bonne nouvelle est que je ne suis pas engluée dans un état d'âme de négativité. Je sens qu'il m'appartient de transformer cet état de morosité, de trouver les moyens de dégager une énergie  nouvelle. 

Comment vais-je m'y prendre ?  

Comment retrouver goût et saveur dans mon quotidien ? 

                                                                                                                                                                A suivre !